Cowboys of color

Standard

L’un des fleurons de la mythologie américaine, le cowboy du Far-West, n’avait pas toujours le visage pâle.

Les historiens le confirment généralement: un certain nombre de cowboys étaient d’anciens esclaves noirs. Les chiffres avancés diffèrent mais il est question de plusieurs milliers d’individus, que la littérature et le cinéma du genre ont presque toujours négligés.

Notoire aussi le nombre de Métis et de Mexicains ayant parcouru les plaines centrales des États-Unis entre 1850 et 1890, à titre de conducteurs de bétail, d’éclaireurs, etc.

On ne devrait pas en être surpris outre mesure, considérant que les cowboys exerçaient un métier dur, très peu payé et subordonné aux grands propriétaires de cheptels.

 

 

Quant à leur attirail, devenu folklorique, il fut hérité des premiers colons espagnols de l’Ouest:

Un sombrero pour les protéger du soleil, un bandana pour ne pas respirer la poussière, des jambières et des éperons pour monter à cheval et un lasso afin de capturer les animaux. (4)

Source 1

Source 2

Source 3

Source 4

Source de l’image 1

Source de l’image 2

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s